La Recherche en Belgique

Qu’est-ce que la recherche ?
 
La recherche fondamentale désigne « des travaux expérimentaux ou théoriques entrepris essentiellement en vue d'acquérir de nouvelles connaissances sur les fondements de phénomènes ou de faits observables, sans qu'aucune application ou utilisation pratiques ne soient directement prévues. »
 
La recherche fondamentale se nourrit en premier lieu de la curiosité et de la créativité des chercheurs. Elle vise avant tout à améliorer la connaissance générale du monde qui nous entoure par la découverte de nouveaux concepts et leur validation par l'expérience : c’est la quête du comment et du pourquoi.
 
Contrairement aux autres types de recherche (recherche appliquée,…), la recherche fondamentale est la plupart du temps imprévisible en termes de résultats. Elle est motivée principalement par la quête de nouvelles connaissances.
 
La recherche fondamentale fait reculer l’ignorance.
 
Pourquoi la recherche fondamentale est-elle importante ?
 
Comment peut-on éliminer l’ennemi si on ne le connait pas ?
 
L’objectif premier de la recherche fondamentale en cancérologie n’est donc pas de mettre au point de nouveaux traitements. Elle constitue pourtant l’espoir concret de progrès thérapeutiques: elle permet de mettre en évidence les mécanismes biologiques impliqués dans la maladie et d'identifier de nouvelles pistes pour les bloquer, pistes qui deviennent de nouveaux traitements.
 
Prenons le cas du mélanome. Si personne n’avait étudié les anomalies des gènes dans les mélanomes et ce grâce à des méthodes mises au point par des chercheurs travaillant sur toute autre chose… on serait encore sans traitement !
 
Les recherches d’aujourd’hui sont nos traitements de demain.
 
Depuis la création du Télévie en 1989 et grâce à la solidarité de dizaines de milliers de personnes, des centaines de chercheurs se consacrent à la recherche en cancérologie avec la ferme volonté de vaincre la maladie.
 
Le Télévie  permet de nombreuses avancées et aide les chercheurs à poursuivre le défi...
  • améliorer les médicaments anticancéreux.
  • étudier la thérapie génique.
  • trouver les moyens de rendre efficaces les défenses contre le cancer et la leucémie.
  • détecter précocement la maladie résiduelle.
  • comprendre la nature des cancers et leur mode de formation.
  • mieux connaître les facteurs de croissance nécessaires à la formation du sang.
Grâce au Télévie, plusieurs chercheurs dans nos laboratoires s'efforcent de déceler les gènes anormaux dans les leucémies.
 
Les recherches sur les nouveaux types de greffe sont menées grâce au Télévie
  • La greffe de cellules souches du sang: l'autogreffe.  C'est au malade lui-même que l'on prélève le sang dont on isole les cellules souches; on réinjecte alors au malade ses propres cellules souches au moment le plus adéquat de son traitement.
  • La greffe de cellules souches offertes par un donneur sain : l’allogreffe. On injecte au patient des cellules souches que l’on a prélevées chez une personne en bonne santé, qui est dite compatible. Le Télévie, en développant du Registre des donneurs de cellules souches, a permis d’accroître le nombre de patients ayant bénéficié de ce type de greffe. Grâce au travail de certains chercheurs Télévie, on parvient aujourd’hui à atténuer les complications qui surviennent chez certains patients suite à une allogreffe. Grâce au Télévie, 70.000 personnes sont inscrites au registre de donneurs potentiels de cellules souches belge.
  • La greffe de cellules souches du sang de cordon ombilical. On injecte au patient des cellules souches de sang de cordon d’un donneur compatible. Grâce au Télévie, plus de 18.000 greffons de sang de cordon ont été introduits dans la "banque de sang de cordon".
Quelles recherches « prometteuses » sont en cours ?
 
Les recherches qui s’obstinent à mieux comprendre les choses sont des recherches qui ont de l’avenir.
  • par l’étude des anomalies des gènes et de leur fonctionnement
  • par l’étude du métabolisme (comment les cellules utilisent l’énergie et les nutriments par exemple)
  • par une analyse toujours plus fine de la façon dont on se défend contre le cancer (en vue de l’immunothérapie)
  • par une connaissance des cellules qui « se cachent » manifestement dans les tumeurs et échappent aux traitements par médicaments (les cellules souches cancéreuses)
Aider la recherche, c'est contribuer à mieux lutter contre les maladies !
 
Faisons gagner la vie